Vous êtes sur :

Retrouvez dans cette rubrique l'ensemble des communiqués de presse publiés par l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie.

Pour être informé de la publication des nouveaux communiqués en temps réel, abonnez-vous à notre flux RSS presse :

Abonnez-vous au fil RSS des communiqués de presse de l'A.N.P.A.A.

verres noirs sur fond blanc

 

Nous ne sommes pas de ceux qui contestent que l’alcool, notamment le vin, fait partie de notre paysage, qu’il participe à notre vie sociale et festive, et qu’il concourt à l’image de la France, à son patrimoine et aux bénéfices de son commerce extérieur.

 

Mais, professionnels de santé, bénévoles dans des associations, simples citoyens ou proches de victimes, nous témoignons des risques de l’alcool, responsable annuellement en France de 49000 morts dont 15000 cancers, deuxième cause de mortalité prématurée évitable après le tabac, première cause de mortalité des jeunes de 18 à 25 ans, première cause évitable de retard mental de l’enfant, deuxième cause d’hospitalisation et facteur favorisant ou déclenchant de 40% des violences familiales et conjugales, de 30% des viols, des agressions sexuelles et des violences générales et sur la route.

Lire la suite...

justice

Le 7 décembre 2017, le tribunal de grande instance de Paris a condamné la publicité pour le whisky Monkey Shoulder. La société n’ayant pas fait appel, cette décision est désormais définitive.

 

Le 7 septembre 2015, l’ANPAA avait engagé une action à l’encontre de la société Lixir qui commercialise cette boisson estimant que plusieurs éléments ne respectaient pas le cadre fixé par la loi Evin :

Lire la suite...

verres noirs sur fond blancCommuniqué de 9 experts de santé publique

 

L’annonce du Plan National de Prévention démontre une fois de plus l’influence malfaisante du lobby alcoolier. Alors que l’alcool tue davantage en France que ne tuent les armes à feu aux Etats-Unis (49 000 morts contre 33 000), les mesures proposées sont cosmétiques, bien en deçà de la gravité du problème.

 

Sans discussion, les dommages peuvent être attribués à la consommation de toutes les boissons contenant de l’alcool. Ils ne dépendent que du niveau moyen de consommation, bien trop élevé en France, loin de toute "modération". Les connaissances scientifiques récentes ne permettent aucun doute sur la nécessité d'agir et les moyens à mettre en œuvre. En effet, depuis mai 2017, la puissance publique dispose des avis convergents d'experts indépendants missionnés par l'Institut National du Cancer (INCa) et Santé Publique France (SPF), ainsi que du remarquable rapport de la Cour des Comptes. Ces travaux mettent en avant les multiples effets nocifs de l’alcool dont certains s’expriment dès le premier verre par jour (cancers, violence).

Lire la suite...

La RunionLe 8 mars dernier, Journée Internationale des Droits de la Femme, l’ANPAA a organisé une journée portes ouvertes au sein de son CSAPA (centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie) de Saint-Denis à l’Ile de la Réunion. 

 

Cet événement a été l’occasion de présenter aux femmes souffrant d’addictions un nouveau support de prise en charge thérapeutique : les ateliers socio-esthétiques, en partenariat avec l’association « Un Autre Regard ».

 

Tout au long de la journée, une trentaine de femmes, parfois accompagnées par un proche ou un de leurs enfants, a été accueillie par les équipes de l’ANPAA et les bénévoles de l’association « Un autre regard ». Une « journée inoubliable » selon l’une des participantes. Une autre ajoute : « ça fait longtemps que l’on ne s’est pas occupé de moi. Ici on se sent écoutée, on nous crie pas dessus ».

Lire la suite...

Etiquetage alcoolAinsi qu’il le leur était demandé, les producteurs d’alcool ont rendu aujourd'hui à la Commission européenne leur proposition en matière d’étiquetage des boissons alcoolisées. Proposant un système « à la carte », la proposition est très loin de répondre aux attentes légitimes des consommateurs.

 

En mars 2017, la Commission européenne a publié un rapport sur l’étiquetage des boissons alcoolisées. Dans son rapport, la Commission indiquait qu’elle ne relevait « aucun motif objectif justifiant l’absence d’informations relatives aux ingrédients et d’informations nutritionnelles sur les boissons alcoolisées ».

 

Elle laissait un an aux producteurs d’alcool pour faire une proposition avant d’examiner, en cas de proposition insuffisante, d’autres options disponibles.

 

Lire la suite...

Inforgraphie 2 Dans le cadre de la Journée Internationale de Lutte pour le Droit des Femmes, l’ANPAA à La Réunion lance son mois de mobilisation en faveur des femmes souffrant d’addictions (stupéfiants, alcool, médicaments…) en organisant une Journée portes ouvertes au CSAPA Nord le jeudi 8 mars de 9h à 16h.

 

Cette journée permettra aux femmes de :

 

- d’être accueillie de manière anonyme et gratuite ;

 

- découvrir l’ANPAA, son projet associatif et son dispositif d’aides spécifiques ;

 

- rencontrer l’équipe de professionnels pluridisciplinaires du CSAPA : médecins, psychologues, infirmières, travailleurs sociaux ;

- envisager un accompagnement personnalisé ; 

 

- commencer à entrevoir des perspectives d’évolution de vie.

 

Lire la suite...

cp logos

Suite au débat organisé mercredi soir sur France 2 « Alcool, un tabou français ? », 21 associations et experts de santé publique tiennent à saluer le discours très ferme de la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui vient confirmer son engagement en faveur de la santé publique. Un positionnement sans ambiguïté d’autant plus important dans une période où les producteurs, notamment de vin, se félicitent de trouver une oreille attentive à l’Elysée.

 

Les propos de la ministre, tenus lors du débat télévisé organisé sur le tabou de l’alcool le 7 février, sont en droite ligne avec les positions des associations intervenant dans le champ de l’addictologie, qui réclament une information objective des Français sur les risques liés à la consommation d’alcool.

Lire la suite...

loi marteauGarante du respect de la loi Evin, l’ANPAA a remporté 7 affaires en 2017 montrant que la vigilance reste de mise face aux tentatives de contournement de la réglementation qui encadre la publicité pour des boissons alcooliques. L’association attire notamment l’attention des pouvoirs publics sur les éventuels changements de législation qui pourraient affaiblir encore un peu plus cette réglementation en amont des grandes manifestations sportives nationales et internationales.

 

Comme chaque année, l’ANPAA fait le bilan des procédures judiciaires engagées par l’association pour faire respecter les règles encadrant la publicité pour des boissons alcooliques. Avec 7 décisions favorables à l’ANPAA, l’année 2017 fut particulièrement riche :

Lire la suite...

LOGOS ASSOS CP FEV 2018redimensionnEn mai 2017, 19 associations et acteurs de santé publique avaient tiré la sonnette d’alarme suite à la nomination à l’Elysée de l’ancienne déléguée générale de Vin et Société, Audrey Bourolleau. Ils alertaient sur le risque de conflits d’intérêts qui pourraient survenir au détriment de la santé publique[1]. Huit mois plus tard, ce risque est confirmé alors que la filière vin se félicite du rôle joué par l’ex-lobbyiste pour aider la filière à obtenir ce qu’elle « n’avait jamais obtenu précédemment ».

 

Attendu dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation (EGA), les professionnels du vin ont remis le 29 janvier 2018 leur plan de filière. Depuis le 15 décembre, ils refusaient de le transmettre au Ministre de l’Agriculture tant qu’ils n’auraient pas obtenu une « clarification de la politique de santé publique à l’égard du vin ». En cause, la Stratégie nationale de santé 2018-2022 qui inclut l’alcool – et non le vin pris isolément – dans les « substances psychoactives licites ou illicites » au même titre que le tabac[2]. Une vérité scientifique alors que l’alcool est à l’origine chaque année en France de près de 50 000 décès prématurés et la 2ème cause de mortalité routière.

Lire la suite...

justiceLes députés Robin Reda et Eric Pouillat, membres de la mission d’information sur la contraventionnalisation des stupéfiants créée en août 2017, ont rendu leur rapport qui devrait être officiellement présenté au gouvernement mercredi 24 janvier. Selon Le Parisien qui y a eu accès, le rapport propose, sans surprise, de répondre positivement à la proposition du président Emmanuel Macron pendant la campagne : une amende forfaitaire en cas d’usage simple de stupéfiants, dont les modalités doivent encore être précisées.

Lire la suite...