Vous êtes sur :

Retrouvez dans cette rubrique l'ensemble des communiqués de presse publiés par l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie.

Pour être informé de la publication des nouveaux communiqués en temps réel, abonnez-vous à notre flux RSS presse :

Abonnez-vous au fil RSS des communiqués de presse de l'A.N.P.A.A.

Capture3La Fédération Française d'Addictologie et l'ensemble des associations sur le champ de l'addictologie, mais aussi de la cancérologie et du champ social ont décidé de se mettre en mouvement pour que l'opération de mobilisation sociale sur le risque alcool, initialement prévue par le Ministère de la Santé et Santé publique France, ait bien lieu en janvier 2020, malgré l'annulation du soutien de l'Etat par l'Elysée sous la pression des milieux viticoles.

 

Ce revirement des pouvoirs publics sous la pression d'un lobby a entraîné un sursaut immédiat de l'ensemble du milieu professionnel et associatif. La décision a donc été prise de réussir cette mobilisation citoyenne et de la société civile pour intervenir sur la deuxième cause de mortalité évitable à l'échelle nationale.

Lire la suite...

Alcool represAlors que Santé publique France s’apprêtait à annoncer le lancement en janvier d’un mois de mobilisation autour de la consommation d’alcool, le site Vitisphère rapporte que le président de la République Emmanuel Macron aurait déclaré lors d’un déjeuner avec les producteurs de champagne son opposition à un « Janvier Sec ». Si cette déclaration venait à se confirmer, elle montrerait l’influence majeure de la filière alcool sur les choix politiques en matière de santé publique.

 

Le mois de mobilisation sociale autour de la consommation d'alcool, mis en œuvre initialement sous le nom de « Dry January » au Royaume uni, propose aux personnes qui le souhaitent de faire une pause avec l’alcool pendant un mois afin de constater les bénéfices sur leur corps et dans leur quotidien. L’objectif n’est évidemment pas de conduire à une abstinence totale, mais de s’interroger sur sa consommation et de prendre conscience du rapport qu’entretient la société avec l’alcool.

Lire la suite...

MSTCP

Pour la quatrième année consécutive, les équipes de l’ANPAA sont mobilisées dans toute la France dans le cadre de l’opération Moi(s) sans tabac qui aura lieu tout au long du mois de novembre. A cette occasion, l’ANPAA rappelle que le vapotage est un outil efficace d’aide à l’arrêt complet du tabac.

 

 

Le Moi(s) sans tabac invite tous les fumeurs, à travers une approche positive et collective, à arrêter le tabac pendant au moins 30 jours.

 

Un mois sans tabac multiplie en effet par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement. En 2018, 241 000 personnes ont relevé le défi !

 

Pleinement investie dans l’opération, l’ANPAA propose une information sur le Moi(s) sans tabac dans tous ses établissements. Des actions spécifiques sont par ailleurs organisées : stands d’information et interventions dans des établissements scolaires, universités, entreprises, administrations publiques et établissements pénitentiaires ainsi que dans des centres commerciaux et des centres de distribution alimentaire. Afin d’aller à la rencontre des fumeurs et de leur entourage, l’ANPAA est également présente dans les « Villages Mois Sans Tabac »[1].

 

Lire la suite...

Assemble nationale

 

L’Assemblée nationale débat cette semaine du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2020. Parmi les mesures en discussion, l’extension très attendue de la taxe prémix aux vins aromatisés à base de vin.

 

Depuis des années, l'ANPAA dénonce les stratégies marketing des alcooliers ciblant les jeunes. Parmi celles-ci, une des plus cyniques consiste à leur proposer des vins bas de gamme aromatisés avec des saveurs sucrées. Ces boissons, appelées Vinipops ou prémix, sont spécialement conçues pour les jeunes : elles sont moins alcoolisées que les vins (7 à 8°), ont des noms destinés à attirer ce segment de clientèle (rosé sucette, rosé pamplemousse, rouge cola, Fruit and Wine…) et sont vendues à des prix bas les rendant accessibles aux adolescents au faible pouvoir d'achat. Elles n'ont évidemment pour seul intérêt que de les faire entrer le plus tôt possible dans la consommation d'alcool.

Lire la suite...

justice

 

Il y a trois ans, l’ANPAA a engagé un contentieux pour faire sanctionner les faits constatés lors de l’Euro 2016, notamment la présence massive de la marque dans les fanzones alors que la loi Evin interdit les opérations de parrainage ainsi que la publicité indirecte.

 

Le tribunal de grande instance de Paris a reconnu, dans un jugement rendu le 10 septembre 2019 ; que la marque de bière Carlsberg avait profité de son lien privilégié avec l’UEFA à l’occasion de l’Euro 2016, soit une compétition internationale très médiatisée, pour promouvoir ses boissons alcooliques dans les fanzones. Au sein de ces espaces consacrés à la retransmission des matchs, Carlsberg s’est rendue visible de manière ostensible auprès de milliers de spectateurs, qui sont autant de potentiels consommateurs. On pouvait alors distinguer le sigle de la marque aux points de distribution de boissons et sur les tenues du personnel.

 

Autre élément intéressant de cette décision, le juge a estimé « que l’huissier, au sein de cet espace fermé, n’a trouvé trace d’aucun autre fournisseur de bière, ce qui atteste à tout le moins, de l’existence d’une exclusivité de fait, qui n’a été rendue possible et dont l’effectivité n’a été assurée, qu’en raison des liens établis entre la société Carlsberg et l’UEFA dans le cadre du parrainage ». Il s’agit d’une avancée considérable dans la définition du parrainage dont l’interdiction est trop souvent bafouée notamment sur les festivals de musique fréquentés par les jeunes.

Lire la suite...

Communiqué picto femme enceinte

Lors d'un colloque sur la prévention du syndrome d'alcoolisation foetale en Septembre 2017, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s'était engagée devant les organisateurs du colloque à rendre
plus visible et plus lisible le pictogramme d'avertissement pour les femmes enceintes sur les contenants de boissons alcoolisées.

Lire la suite...

Foot alcool

 

Au micro de RMC le 21 août, la ministre de la Santé a confirmé qu'elle était fermement opposée à un nouveau grignotage de la loi Evin, appelé par euphémisme « assouplissement » par les alcooliers et leurs alliés parlementaires, dont les 105 députés LREM qui appelaient à un nouveau recul de la santé publique sous le prétexte fallacieux de soutenir le sport.

 

La Fédération Française d'Addictologie (FFA) et l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA, membre fondateur de la FFA), ont mené le combat au cœur de l'été, pour éviter que le sport ne soit pris en otage pour le plus grand profit des alcooliers, et en premier lieu les industriels de la bière. Car les arguments avancés par les alcooliers étaient incohérents :

Lire la suite...

Assemble nationale

 

Ces derniers mois, des députés de la République en Marche (LREM) et des Républicains ont appelé à en finir définitivement avec un pan majeur de la loi Evin et ainsi à introduire l'alcool au sein des compétitions sportives.

Il y a quelques jours, 72 députés LREM ont déposé une proposition de loi dont l’article 18  « vise à assouplir, de manière encadrée, l'application de la loi Evin dans les stades en étendant l'octroi d'autorisations temporaires de vente d'alcool aux sociétés sportives ». Sous le prétexte du soutien au sport, ces députés se font le relais fidèle du lobby alcoolier qui, année après année, rogne progressivement la plus grande loi de santé publique dont la France se soit dotée.

 

Lire la suite...

loi cannabis

Peu à peu, le débat sur la légalisation du cannabis entre dans une phase rationnelle. Depuis longtemps, les acteurs de l'addictologie et de la santé publique (dont l'ANPAA) dénoncent l'échec d’une politique prohibitionniste affichée en matière du cannabis. Aujourd'hui, malgré la frilosité du gouvernement, bien dans la droite ligne de ses prédécesseurs, les digues commencent à se fissurer.

 

Deux économistes réputés, Pierre-Yves Geoffard et Emmanuelle Auriol, membres du Conseil d'Analyse Economique, placé auprès du premier ministre reviennent sur ce constat[1] d’échec : le système actuel ne fonctionne pas, « il est inapte à protéger les plus fragiles, notamment les jeunes, […] il pèse lourdement sur les dépenses publiques et il profite aux organisations criminelles ». Mais surtout, Pierre-Yves Geoffard et Emmanuelle Auriol proposent d'en finir concrètement avec un système qui enrichit les dealers sans bénéfice pour la société et la santé publique et de "reprendre le contrôle" sur un marché qui ne profite qu'à l'économie souterraine. Pour la première fois, nous disposons d'hypothèses économiques précises sur les modalités et les effets d'une légalisation du cannabis (prix du produit, niveau des taxes, incidence sur l'emploi…) qui sont toutes favorables à cette évolution.

Lire la suite...

cigaretteLes chiffres publiés par Santé publique France à l’occasion de la journée mondiale sans tabac montrent une baisse très significative du nombre de fumeurs : 1,6 million de fumeurs en moins en deux ans, soit une baisse de 12% en deux ans. L’impact sanitaire ne va cependant pas décliner dans les années à venir. La lutte contre le tabagisme doit dès lors rester une priorité.   

 

La baisse du nombre de fumeurs en France est à mettre au crédit d'une politique vigoureuse alliant mobilisation sociale (Moi(s) sans tabac), actions de prévention de proximité, taxes, action sur le packaging (paquets neutres), remboursement des substituts nicotiniques, restriction des lieux où il est possible de fumer, et discours public de dénormalisation. Cette politique d'ensemble porte ses fruits même si le nombre de fumeurs quotidiens reste toujours très élevé (25,4 % de la population).

 

Lire la suite...