Vous êtes sur :

 Un nouveau rapport sur l'ampleur de la publicité pour l'alcool au moment du Grand Prix de Monaco de Formule 1 en 2014 est publié aujourd'hui à 12h par l'Alliance Européenne des Politiques Alcool (Eurocare), l’Institut des Etudes sur l'Alcool (Royaume-Uni) et l'Université Monash (Australie). Les conclusions du rapport montrent que le parrainage de la F1 donne lieu à une exposition du public à la publicité de l'alcool extrêmement élevée. Le public est exposé aux marques d’alcool toutes les 5 secondes.

Lors de la course de F1 de Monaco en 2014, il y avait en moyenne 11 références à des marques d'alcool par minute. En d’autres termes 500 millions de personnes (audience) à travers le monde ont été exposées à une marque d'alcool en moyenne toutes les cinq secondes pendant près de deux heures.


Les auteurs du rapport estiment que les pratiques de parrainage vont clairement à l’encontre de la directive Services Médias Audiovisuels de l'UE qui stipule que la publicité pour l'alcool « ne doit pas associer la consommation d'alcool et l’amélioration des performances physiques ou de conduite ».
En outre, ils considèrent que cette pratique va également à l'encontre des codes volontaires (autorégulation) mis en place par l'industrie de l'alcool elle-même. EUROCARE a déjà soulevé la question du parrainage alcool en F1 à Jean Todt, le Président de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA), qui estime n’avoir aucune responsabilité en ma matière.

Pour le Dr Kerry O'Brien, spécialiste du comportement à l'Université Monash, en Australie, « la publicité et le parrainage pour l’alcool étaient monnaie courante dans les courses de F1, mais aucune recherche n’avait été effectuée quant à l'ampleur et à la nature de la publicité dans ce sport.
Il est important d’examiner au plus près l’ampleur du phénomène publicitaire, au regard d’autres recherches qui ont montré le lien existant entre la publicité et la probabilité accrue de consommation à risque et nocive chez les jeunes et les adultes. Ce qui devrait faciliter la prise de décision par les décideurs en faveur d'une réglementation plus stricte ou de l’interdiction de la publicité pour l'alcool».

A propos du rapport : “ALCOHOL ADVERTISING AND SPONSORSHIP IN FORMULA ONE: A DANGEROUS COCKTAIL” est publié sur le site d’Eurocare  www.eurocare.org  à partir de vendredi 22 mai 12h. Le rapport est le résultat d’un projet pilote portant sur le parrainage sportif, la sécurité routière et la publicité pour l’alcool, printemps 2015. Auteur du rapport : Nils Garnes, Eurocare


Contact France :
Claude Rivière, affaires européennes et internationales ANPAA Tél. : 06 86 49 08 86 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  @ClaudeRiviere1

Contacts européens :
Eurocare : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
IAS : www.ias.org.uk -  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Monash University, Australia: Responsible for “Alcohol marketing in televised formula 1 motor racing: a frequency analysis of 2014 Monaco Grand Prix”. Report Authors: Professor Kerry O'Brien and Dr Sherilene Carr, Behavioral Studies Laboratory, Monash University, Australia : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Télécharger le communiqué de presse

 

FAITS ET CHIFFRES SUR L'ALCOOL
• 1 accident de la route sur 4 dans l'UE sont dus à l'alcool; en 2010 près de 31 000 Européens ont été tués sur les routes dont  25% étaient liés à l'alcool
• L'alcool est le 3ème facteur majeur de risque en Europe pour les problèmes de santé et les maladies chroniques comme le cancer et les maladies cardiovasculaires
• L'alcool est une substance toxique en termes de ses effets directs et indirects sur une large gamme d'organes et une cause de quelques 60 maladies. Si l’on prend en compte toutes les maladies et les blessures au niveau mondial, l'impact négatif sur la santé de la consommation d'alcool est  de 31,6 fois supérieur aux bénéfices
• 12 millions de personnes dans l'UE sont dépendantes de l'alcool
• Environ 9 millions d'enfants dans l'UE vivent avec un parent dépendant à l'alcool
• Boire de l'alcool pendant la grossesse peut entraîner des malformations congénitales et des troubles du développement. Il peut provoquer des dommages physiques chez l’enfant à naître, de comportement et des troubles d'apprentissage
• Le coût social imputable à l'alcool est 155,8 milliards d'euros par an (passant de la troisième place à la première)
• L'alcool est le principal risque de mauvaise santé et de décès prématuré pour le groupe de population en âge de travailler (25-59 ans) (passant de la première à la deuxième place)
• L'alcool est responsable 1 à 7 décès chez les hommes et 1 à 13 décès chez les femmes dans le groupe des 15-64 ans, entraînant  environ 120 000 décès prématurés.