26 novembre 2014 - Circulaire budgétaire des établissements médico-sociaux en addictologie


La circulaire budgétaire pour l’exercice budgétaire 2014 des établissements et services médico-sociaux accueillant des personnes confrontées à des difficultés spécifiques est parue le 21 novembre dernier. L’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) gestionnaire de plus de 90 centres de soins et d'accompagnement en addictologie sur toute la France, représentant plus d’un tiers de l’activité en la matière, regrette cette parution très tardive et récurrente depuis ces dernières années, qui ne facilite pas la réalisation des budgets prévisionnels et complexifie le dialogue de gestion avec les agences régionales de santé.

Néanmoins, l’A.N.P.A.A. tient à souligner l’effort budgétaire de près de 3 M€ accordé aux structures médico-sociales en addictologie, conforme aux annonces ministérielles et ce, dans le contexte budgétaire très contraint.

 



Ces moyens complémentaires permettront de renforcer notamment :
-La mise à disposition pour les usagers des Centres de Soins, d’Accompagnement, et de Prévention en Addictologie (CSAPA) d'une amorce de traitement de substitution nicotinique, conformément à ce qui avait été annoncé dans le Programme national de réduction du tabagisme 2014-2019.
-Le maillage territorial de l’offre afin de toucher davantage de personnes éloignées de l’accompagnement et des soins (financement de 20 nouvelles antennes de CSAPA, 20 consultations avancées et 13 équipes mobiles de CAARUD).
-Le dispositif TROD VIH (test rapide d’orientation diagnostique) dans les Centres d’Accueil d’Accompagnement et de Réduction des Risques pour Usagers de Drogues (CAARUD) qui permettront un meilleur dépistage de la maladie. L’ANPAA regrette toutefois que cette mesure ne concerne que les CAARUD et pas les CSAPA.

La circulaire définit pour la première fois les notions d’antenne et de consultations avancées, mais sans moyens suffisants puisqu’une antenne pourrait n’être ouverte au public que deux fois par mois, ce qui est bien insuffisant pour assurer un véritable accompagnement de proximité inscrit dans le temps.

Au-delà de ces mesures nouvelles, il est regrettable que cette circulaire n'intègre pas les recommandations de l’IGAS, qui dans son évaluation du dispositif médicosocial de prise en charge des conduites addictives parue en février 2014, préconisait pour la prévention collectives des jeunes, de la rendre obligatoire dans le cadre des consultations jeunes consommateurs en ouvrant la possibilité d'un financement par un sous-ONDAM spécifique


Contacts :
Nelly David, Directrice Générale A.N.P.A.A.
Christian Rossignol, Directeur Général Adjoint en charge de l’activité A.N.P.A.A.
A.N.P.A.A. - 01 42 33 51 04

 

Télécharger le communiqué de presse en PDF