Vous êtes sur :

24 octobre 2014 - Tabac et alcool : des intentions fortes, des mesures fiscales et budgétaires en panne

 

Le gouvernement affiche un fort volontarisme en matière de prévention en santé. La stratégie nationale de santé présentée le 23 septembre dernier fait état de trois priorités dont la première est de miser sur la prévention. Le titre 1 du projet de loi de santé présenté en Conseil des ministres le 15 octobre dernier appelle à "renforcer la prévention et la promotion de la santé".

L'ANPAA, l'Alliance contre le tabac et l'Alliance prévention alcool ont noté avec satisfaction la volonté du Gouvernement de donner à la prévention la place qui lui revient.

Hélas, elles regrettent que le projet de loi de finances de la Sécurité sociale 2015 déposé par le gouvernement ne comporte aucune mesure fiscale visant à réduire la consommation de tabac et d'alcool.



Aucun accroissement de la taxation sur ces produits n'est prévu alors qu'il est démontré que cela contribue efficacement à une réduction des consommations, dès lors que cet accroissement est d'une ampleur significative

Concernant les produits alcooliques, une mesure fiscale dissuasive affectant le prix de l'alcool pur contenu dans l'ensemble des boissons concernées est également demandée par les professionnels de l'alcoologie... en vain.

En même temps, le projet de financement de la Sécurité sociale utilise une partie des ressources fiscales issues du droit de consommation sur les tabacs pour les attribuer notamment à la Caisse nationale  de  solidarité  pour  l'autonomie.  Sans  aucunement  remettre  en  cause  les  besoins budgétaires de la CNSA dont on sait qu'ils sont importants pour faire face aux besoins des personnes handicapées ou âgées, on peut se demander ce que signifie cette affectation.

Ce projet de loi nous paraît répondre à une logique budgétaire sans prendre en compte la nécessité et les moyens de prévenir et réparer les dégâts du tabac et de l'alcool, ce que nous regrettons. Nous demandons que le fonds de prévention du tabagisme, prévu par le ministère de la Santé dans le cadre de sa Loi de santé, soit mis en place le plus rapidement possible pour financer la prévention et la prise en charge des victimes du tabagisme.

Le tabac et l'alcool sont, ensemble, à l'origine de plus de 100 000 décès prématurés par an.
Faut-il  laisser  faire  ou  veut-on  véritablement  agir  ?  À  quand  un  budget  traduisant  l'ambition politique de promotion de la santé publique ?



Contacts Presse :

Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie - www.anpaa.asso.fr
Dr Bernard. Basset – Secrétaire général adjoint de l’A.N.P.A.A.  : 07.86.55.54.53. Alliance prévention Alcool - www.alliancepreventionalcool.org
Serge Karsenty  - Président : 02 51 39 20 36 - 06 89 11 55 01
Alliance contre le tabac -www.alliancecontreletabac.org
Clémence Cagnat-Lardeau - Directrice : 01 43 37 91 51 -  06 50 54 69 06

 

Télécharger le communiqué de presse en PDF