Vous êtes sur :

 

15 octobre 2014 - Projet de loi relatif à la santé et addictions : des avancées certaines, mais qui doivent être encore confirmées


L'ANPAA se félicite du renforcement des droits des usagers prévu dans le projet de loi relatif à la santé, qu'il s'agisse de leur représentation, de leur participation à la mise en œuvre des politiques de santé ou de leur possibilité de recours à la justice (actions de groupe).

L'affirmation de l'importance de la promotion de la santé, de la prévention et de la réduction des risques est une position de principe à laquelle l'ANPAA souscrit pleinement, mais qui, bien évidemment, suppose une traduction concrète en termes de moyens alloués et durables. Promotion de la santé et prévention de doivent plus être les variables d'ajustement du financement des politiques publiques de santé  alors que la tendance récente est plutôt à la réduction de leur moyens.



L'ANPAA soutient les mesures annoncées dans le cadre du plan de réduction du tabagisme et qui se retrouvent dans le projet de loi. Elle demande que le levier essentiel de lutte contre le tabagisme (les taxes) soit utilisé  sans modération dans le cadre des lois de finances.

L'ANPAA note avec satisfaction deux articles qui posent l'interdiction de vente à un mineur de tout objet incitant la consommation d'alcool jusqu'à l'ivresse. L'ANPAA constate cependant la timidité de ces avancées sans commune mesure avec le défi que constituent les 49 000 morts prématurés évitables de l'alcool. L'ANPAA rappelle ses orientations et préconisations qui visent à faire baisser le haut niveau de consommation d'alcool dans notre pays dont :
•    interdiction de la publicité sur Internet,
•    harmonisation des taxes pour l'ensemble des alcools

L'ANPAA regrette que ces dispositions ne soient pas étendues au-delà des mineurs : les ivresses ne disparaissent pas à 18 ans ! Les procédés et objets pour inciter  à consommer de l'alcool sont multiples  et largement utilisés, notamment dans les milieux festifs et étudiants. L'ANPAA regrette l'absence de dispositions pour réduire la publicité pour les produits alcooliques sur Internet et les réseaux sociaux.

L'ANPAA soutient également la possibilité de création de salles de consommation à moindre risque qui complète le dispositif existant en renforce la politique, indéniablement efficace de réduction des risques.

L'ANPAA rappelle que les intentions devront être accompagnées des moyens pluriannuels en rapport avec leur ambition et aurait souhaité un engagement ferme et chiffré sur les moyens alloués à l'atteinte des objectifs de la loi.

Contacts :
Dr Bernard Basset Secrétaire général adjoint 07.86.55.54.53.
Dr Alain Rigaud  Président national  06.08.22.25.29.
Dr Patrick Daimé Secrétaire général  06.80.87.90.00.
A.N.P.A.A. - 01 42 33 52 87

 

 

Télécharger le communiqué de presse