Vous êtes sur :

athletes audience ball bleachers 270085

 

 

Le président de la République s’est félicité récemment du fait que la santé avait prévalu sur l’économie pour lutter contre la pandémie. La primauté du sanitaire aura été de courte durée.

 

En effet, un rapport du Sénat, dont un article du journal l’Equipe fait état ce jour, préconise à nouveau d’ignorer la prévention pour soutenir le sport. Il faut entendre soutenir le « sport business », car les sénateurs excluent totalement une quelconque solidarité des clubs et sportifs les plus riches avec les associations locales et les petits clubs. Cibler la loi Evin est une solution de facilité. Rappelons que son objectif est de protéger les jeunes de la consommation d’alcool : chaque année en France 41000 décès sont attribuables à l’alcool, la part des décès attribuable à l’alcool est la plus importante parmi les 15-34 ans (22 %).

 

 

 

 

Les promoteurs de cette proposition éludent les sujets embarrassants : l'incitation générale à la consommation d'alcool qui en découlerait, notamment chez les jeunes. Quant aux risques de favoriser les violences et l’hooliganisme, le rapport prétend que le sujet est résolu. Manifestement Catherine Morin-Desailly (UDI-Centre), promotrice de ce rapport, semble oublier que c’est grâce aux mesures de santé publique qui ont été prises que le problème a été jugulé.

 

Ce nouvel épisode montre que les lobbies de l’alcool n’ont pas cessé leur activité durant la crise et qu’ils sont toujours au chevet de parlementaires prêts à les écouter. Sous le prétexte du soutien au sport, l’industrie de l’alcool n’a qu’une priorité : rogner progressivement la plus grande loi de santé publique dont la France se soit dotée.

 

Après avoir élargi les possibilités de communication publicitaire lors de la précédente mandature, le lobby parlementaire de l'alcool repart à l'assaut en faisant sauter un des derniers verrous de la loi Evin qui interdit le sponsoring du sport par les cigarettiers et les alcooliers.

 

 

Faire le choix de favoriser les recettes publicitaires et le sport business au détriment de la santé des jeunes, de gagner de l’argent à court terme, d’accepter le rôle de l’alcool dans les violences, c’est faire le lit à terme des maladies, des cancers et des morts prématurées liées à la consommation d’alcool. Les sénateurs prônent, avec ce rapport, un retour rapide au monde d’avant : un monde où la santé et la prévention ne sont que des variables d’ajustement.

 

 

Le Président de la République a toujours montré son peu d’inclinaison pour défendre la santé contre le lobby de l’alcool. C’est le moment de mettre en pratique les résolutions nobles et les enseignements tirés de la crise sanitaire et de soutenir ses ministres passées et actuelles qui se sont prononcées contre une nouvelle attaque de la loi Evin.

 

Protégeons la santé et refusons son sacrifice au sport business. Nous demandons que cessent ces attaques répétées contre la loi Evin.

 

 

Contact presse :
Cécile JOYEUX
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser./ 01 42 33 52 87

 

 

Télécharger le communiqué