Vous êtes sur :

Foot alcool

 

Au micro de RMC le 21 août, la ministre de la Santé a confirmé qu'elle était fermement opposée à un nouveau grignotage de la loi Evin, appelé par euphémisme « assouplissement » par les alcooliers et leurs alliés parlementaires, dont les 105 députés LREM qui appelaient à un nouveau recul de la santé publique sous le prétexte fallacieux de soutenir le sport.

 

La Fédération Française d'Addictologie (FFA) et l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA, membre fondateur de la FFA), ont mené le combat au cœur de l'été, pour éviter que le sport ne soit pris en otage pour le plus grand profit des alcooliers, et en premier lieu les industriels de la bière. Car les arguments avancés par les alcooliers étaient incohérents :

 

  • Au prétexte de la consommation d'alcool par une petite minorité dans les tribunes VIP, les parlementaires prétendaient généraliser la vente et la consommation d'alcool dans tous les stades et toutes les compétitions, et cela au nom de la justice sociale. Totalement indécent !
  • Les mêmes parlementaires qui constatent des contournements illégaux de la loi actuelle (vente en dehors des dérogations légales dans certains clubs) proposent de modifier la loi plutôt que de l'appliquer. Ils proposent ainsi de récompenser l'incivisme.

 

Mais surtout, les promoteurs de cette proposition évitent les sujets embarrassants : l'incitation générale à la consommation d'alcool qui en découlerait, notamment chez les jeunes, et les risques bien réels de favoriser les violences et le hooliganisme. Et ils avancent masqués car leur véritable objectif est la fin de l'interdiction du sponsoring sportif par les alcooliers en vue de la Coupe du monde de rugby en 2023 et des JO en 2024.

 

Comme la ministre de la Santé, nous demandons que soit mis fin aux « privilèges » des spectateurs VIP, car on peut supposer qu'ils sont capables de regarder deux heures de compétition sans boire d'alcool.

 

Même si nul ne doute que ce puissant lobby reviendra à la charge, la FFA et l'ANPAA sont fières d'avoir mené et gagné cette bataille majeure pour la santé publique.

 

Contacts presse :

Pr Amine BENYAMINA, Président de la Fédération Française d’Addictologie– Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dr Bernard BASSET, Vice-président de l 'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Télécharger le communiqué