Vous êtes sur :

Alcool represA partir du 26 mars, Santé publique France lance une grande campagne visant à réduire les risques et les dommages liés à la consommation d'alcool. C’est la première campagne en direction de la population générale depuis bien longtemps. Il semblerait que, malgré la pression du lobby alcoolier sur les pouvoirs publics, les demandes de tous les acteurs de santé sur ce sujet ont été entendues.

 

La campagne de Santé publique France vise à populariser les nouveaux repères de consommation à moindre risque (pas plus de 10 verres par semaine et pas plus de 2 verres par jours pour les hommes et les femmes, et des jours dans la semaine sans consommation) afin d'inciter les Français à évaluer leur consommation et la réduire. En effet, les études montrent que 25 % des Français ont une consommation supérieure à l'un ou l'autre de ces repères (1 homme sur 3 et 1 femmes sur 7).

 

Devant la préoccupation croissante de la population devant un risque majeur qui conduit à 41 000 morts évitables par an, il devenait incompréhensible qu'aucune action publique d'ampleur ne soit mise en œuvre. La campagne, claire et sans moralisme, devrait aider les Français à réduire les risques, souvent méconnus, mais liés à une consommation parmi les plus fortes au monde.

 

Cette campagne, pour bienvenue et indispensable qu'elle soit, ne saurait remplacer une véritable politique globale face au risque alcool, avec l'utilisation de la fiscalité, l'encadrement de la publicité sur Internet, la lutte contre la promotion de l'alcool auprès des jeunes (Premix, incitation à boire sous prétexte d'éducation au goût, non-respect de l'interdiction de vente aux mineurs…) ou encore une information transparente et objective des consommateurs (visibilité du pictogramme "Femmes enceintes", apport calorique, informations nutritionnelles, composition).

 

L'ANPAA se félicite donc de cette campagne de prévention de Santé publique France, qui trouve le ton juste dans une logique de réduction des risques. Mais cela ne saurait exonérer le gouvernement d'élaborer et de mettre un œuvre un plan d'ensemble.

 

 

Contact :

Cecile JOYEUX
Chargée de mission de communication

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tél. : 01.42.33.52.87

 

 

Téléchargez le communiqué de presse