Vous êtes sur :

Mégots de cigarettesLa mairie de Paris vient d’annoncer qu’elle compte installer cette année, entre 10.000 et 15.000 éteignoirs à cigarettes. Une fois ce dispositif installé, jeter un mégot, dans la rue, à Paris, pourrait être passible d'une amende de 35 euros.

Cette opération s’inscrit dans la campagne "Paris met les pollueurs à l'amende", avec pour objectif le respect de la propreté des rues et des trottoirs. Les actes de pollution tels que dépôt sauvage d'encombrants, uriner dans la rue, ne pas ramasser les crottes de son chien… sont passibles d’une amende depuis septembre 2011.

La législation ailleurs:

  • Singapour : Interdiction de jeter un mégot par terre, 600€ d'amende
  • Etats-Unis, Californie : Interdiction de fumer sur les trottoirs
  • Etats-Unis, New York : Interdiction de fumer dans les parcs, sur les plages ou dans les centres piétons
  • Suède : Interdiction pour les enseignants de fumer devant leurs élèves

Consulter notre rubrique L'essentiel sur le tabac
Prendre contact avec un tabacologue de l'A.N.P.A.A.

Cuillère avec droguePour 2009, la revue médicale The Lancet estime qu'il y aurait, dans le monde:

  • 200 millions (entre 149 et 271 millions) d’usagers de drogues illégales, soit une personne sur vingt âgée de 15 à 64 ans.
  • 125 à 203 millions d'usagers de cannabis
  • 14 à 56 millions d'usagers d’amphétamines
  • 14 à 21 millions d’usagers de cocaïne
  • 12 à 21 millions d’usagers d’opioïdes (héroïne et morphine)

Pour en savoir plus, site (en anglais) The Lancet

Couverture du livret Investir sur la solidaritéLe 14 septembre 2010, une cinquantaine d’organisations associatives, du champ sanitaire et social appelaient à une mobilisation citoyenne pour la solidarité.

Les associations signataires d'Investir sur la solidarité, dont l'A.N.P.A.A. fait partie, diffusent ce jour un livret interassociatif «Investir sur la solidarité». Ce livret apporte l’éclairage des signataires sur la nécessité d’une société solidaire dans différents domaines : enfance, famille, droits et libertés, santé, travail, perte d’autonomie, environnement.

Il sera envoyé dans les jours qui viennent aux candidats aux élections présidentielle et législatives.

 

Pour en savoir plus

Les équipes de l'A.N.P.A.A. vous souhaitent une bonne année 2012

Découvrez l'animation de la présentation des voeux de l'ANPAA

Equipe de collaborateurs lors d'un pot d'entreprisePSRE (Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise) a commandé un sondage sur les pots d’entreprise. D’après ce sondage, réalisé par l'IFOP auprès d’un échantillon représentatif de près de 500 salariés et 400 dirigeants:

  • 90% des salariés participent au moins une fois par an à un pot d’entreprise, un tiers des salariés participent à des pots avec leurs collègues au moins une fois tous les deux mois.
  • 75% des salariés estiment justifié que l’employeur prenne des mesures particulières concernant la consommation d’alcool sur le lieu de travail.
  • 2/3 des chefs d’entreprises ont d’ailleurs pris des dispositions : information et sensibilisation préalables sur les risques occasionnés par une consommation excessive d’alcool, mise à disposition d’éthylotests…

Consulter les résultats du sondage sur le site de l'IFOP

Prendre contact avec l'une de nos équipes de prévention pour mettre en place une action de prévention


Illustration des loisirs des FrançaisL’Observatoire des loisirs des Français (sa vocation est de comprendre comment les Français utilisent leur temps libre : loisirs préférés, avec qui ?...) a fait réaliser, pour le PMU (Pari Mutuel Urbain), une première étude sur les goûts et les pratiques en matière de loisirs, auprès d’un échantillon national représentatif d’environ 1000 personnes.

On apprend que

  • Les Français ont de nombreux loisirs. Ils pratiquent en moyenne 10 activités : 98% ont des loisirs culturels, 82% manuels, 73% ludiques, 70% sportifs et 57% créatifs.
  • 70% des interviewés estiment que leur activité professionnelle leur laisse suffisamment de temps libre.
  • 73% des sondés sont joueurs. 50% jouent à des jeux de société, 50% à des jeux de réflexion, et seulement 23% à des jeux vidéo et 19% à des jeux d’adresse.
  • 29% jouent avec la volonté de gagner, contre 68% pour le plaisir.
  • 76% se considèrent comme bons joueurs mais considèrent les autres mauvais joueurs à 83%.

Consulter les résultats de l'enquête sur le site du PMU

Couverture Insertions sociale et par l'emploi des usagers de droguesL'association Drogues et Société, avec le soutien du Fond Social Européen et de la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT) vient de publier un second Guide "Insertion sociale et par l'emploi des usagers de drogues".

A nouveau les questions d'addictions, de précarité, d'emploi et d'insertion sociale sont abordées. Cette fois-ci le guide propose des fiches actions ainsi que des recommandations pour l’accompagnement (individuel ou collectif) des personnes.

 

 

Consulter sur le site de la MILDT

 

En savoir plus sur les risques liés à la

consommation de drogues

Cendrier avec cigarette

 

Pour la 5ème année d’interdiction de fumer dans les lieux qui accueillent du public, la DNF (Droits des Non Fumeurs) a commandé une enquête omnibus à Harris Interactive, réalisée auprès d'un échantillon de 1157 personnes, sur les Français et le tabagisme passif.

 

De cette enquête il ressort que

  • les Français jugent la fumée de cigarette gênante surtout en présence d’enfant (92% dans les voitures en présence d’enfant, 66% dans les espaces et parcs dédiés aux enfants).
  • lorsqu’il s’agit des gradins et stades ou des terrasses des cafés, le pourcentage de personnes gênées tombe à 52% et 45%.

L’enquête s’intéresse aussi à l’exposition des sondés au tabagisme de leur voisin. Il apparait que

  • 61% des personnes ont été exposées
  • 79% des personnes exposées le supportent de moins en moins.


Consulter le dossier de presse sur le site de la DNF

Un jeune homme qui boit et ritA l'approche des fêtes, la Sécurité routière communique sur le thème "Alcool au volant : quand on tient à quelqu'un, on le retient". Soulignant que l'alcool reste la première cause de mortalité sur les routes (30% des personnes tuées sur la route en 2010 l'ont été dans un accident en présence d'alcool), la Sécurité routière insiste sur la nécessité d'agir.

Il ne suffit plus de dire à quelqu'un de ne pas prendre le volant, il faut l'en empêcher concrètement. Un dispositif média relaie le slogan "Ne laissez pas quelqu'un qui a bu reprendre la route" : le film TV "Electrochoc", des spots radio pour montrer comment retenir l'ami à qui l'on tient et un nouvel espace Internet Alcool et conduite.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le

site de la Sécurité routière

Logo du Conseil ConstitutionnelRépondant à une question de constitutionnalité posée par l'avocate d'un conducteur poursuivi pour conduite sous l'emprise de stupéfiants, le Conseil constitutionnel a jugé que l'article L.235-1 du Code de la route réprimant ce délit était conforme à la Constitution et n'était contraire à aucun droit ou liberté.

En ce qui concerne les peines encourues, soit deux ans de prison et 4 500 euros d'amende, le Conseil constitutionnel juge

en outre que "compte tenu des risques induits par le comportement réprimé, ces peines ne sont pas manifestement disproportionnées".

 

 

Lire la décision n° 2011-204 QPC du 09 décembre 2011 sur le site du Conseil Constitutionnel