Vous êtes sur :

L’ANPAA est mobilisée pour le Moi(s) sans tabac dans toute la France. Elle est également ambassadrice dans 4 régions en 2019 : Bretagne, Corse, Grand-Est et Pays de la Loire. Quelle est le rôle de l’association en tant qu’ambassadrice Moi(s) sans tabac, comment l’opération est-elle déployée concrètement au niveau régional et quels sont les bénéfices d’une telle campagne ? Explications avec Valérie Guitet, chargée de mission responsable du déploiement de la campagne Moi(s) sans tabac en Pays-de-la-Loire.

 

image1   image2

 

L’ANPAA est ambassadeur Moi(s) sans tabac en Pays de la Loire. Qu’est-ce que cela signifie ?

La structure ambassadrice pour le Moi(s) sans tabac est l’organisme chargé de déployer le dispositif de marketing social sur son territoire. Cela comprend le recrutement et la fidélisation des partenaires locaux depuis 2016 puisque ce sont eux qui vont diffuser la campagne dans leurs établissements. Cela va des établissements hospitaliers aux associations en passant par les structures médico-sociales, les administrations, les professionnels de santé libéraux et les entreprises. En plus de l’accompagnement aux professionnels, l’ANPAA administre le groupe des Habitants des Pays de la Loire sur la page Facebook de Tabac info service pour soutenir la démarche des fumeurs.

 

Quel est, selon vous, l’intérêt de l’opération Mois sans tabac ? quelle est sa spécificité par rapport à une campagne de prévention classique ?

Le Moi(s) sans tabac est l’exemple parfait d’une opération déclinant les techniques de marketing au service de la santé publique : la connaissance des publics, la segmentation, le ciblage, la mise en place d’actions concrètes sur le terrain en lien avec les partenaires locaux et l’évaluation du programme de prévention. Le marketing social ne se limite pas à la communication. L’essence de cette discipline est de bien connaître les publics auxquels on s’adresse afin d’adapter ces actions et de proposer des solutions concrètes pour aider au changement du comportement tabagique.

 

Concrètement, quels bénéfices pouvez-vous constater au sein de votre région ? Ce type de campagne a-t-il une influence sur la consommation de la population ? 

Au sein de notre région, les bénéfices sont autant pour les professionnels que pour le public. Cette campagne permet de mélanger les acteurs locaux lors des réunions de pilotage, des formations proposées pour le sevrage tabagique et des actions collectives de terrain. Quant au public, il diminue sa consommation de tabac (2% de fumeurs quotidiens en moins en 3 ans de 2014 à 2017, 23% au lieu de 25% plaçant les Pays de la Loire comme la deuxième région la moins fumeuse de France) et change ses représentations sur ce produit qui se dénormalise pour devenir ringard. D’ailleurs 1 fumeur sur 5 a le projet d’arrêter de fumer dans les 6 prochains mois (source : Baromètre de Santé Publique France 2017, exploitation ORS Pays de la Loire). La très grande majorité (8 sur 10) des fumeurs quotidiens de la région ont entendu parler de la campagne Moi(s) sans tabac.

 

Pour aller plus loin :