Vous êtes sur :

L'argent de la drogue

 Il s'est élevé à 2,3 milliards d'euros en 2010, selon une étude de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), présentée mardi 3 novembre. David Weinberger (INHESJ) et Christian Ben Lakhdar (Université de Lille 2) ont synthétisé les premières données issues de la recherche "Argent de la drogue" dans un rapport intermédiaire intitulé "Estimation du marché des drogues illicites en France".

 

A lui seul, le cannabis génère près de la moitié du chiffre d'affaires de l'ensemble des drogues en France.

 

Inscrit dans le plan gouvernemental de lutte contre les drogues (2013-2017), cet exercice d’estimation représente la première phase de l’étude de l’argent de la drogue en France qui s’attachera, dans une seconde phase, à en déduire les bénéfices générés par le trafic de ces principales drogues.

 

Télécharger le rapport sur le site de l'INHESJ

Profils et pratiques des usagers des CAARUD en 2012L’OFDT vient de publier les résultats de la 4e enquête nationale menée auprès des usagers fréquentant les centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques (CAARUD),

Les CAARUD ont été créés par la loi de santé du 9 août 2004, et ont vu leurs missions précisées par un décret du 19 décembre 2005. La création des CAARUD, dont les missions sont dirigées vers des publics souvent fragiles, constitue une étape décisive dans la politique française de réduction des risques (RDR).


Les CAARUD reçoivent en majorité des usagers qui connaissent en général des usages plus problématiques que l’ensemble des consommateurs, et vivent souvent dans des situations sociales plus précaires. Les actions de

réduction des risques qui y sont engagées visent à limiter l’impact des consommations de drogues : infections virales, favoriser l’accès aux soins, aux droits sociaux et à des conditions de vie acceptables….

Voici quelques résultats de l'enquête « Profils et pratiques des usagers des CAARUD en 2012 » dans le Tendances n° 98, menée auprès de 142 CAARUD (153 recensés)

 

Lire la suite...

Suite à l'attaque terroriste, dont a été victime hier, le siège de Charlie Hebdo, l'ANPAA s'associe à la journée de deuil national et au temps

de recueillement afin d'honorer la mémoire des victimes et de défendre les valeurs républicaines qui fondent notre unité nationale

Par arrêté du 13 octobre, entré en vigueur le 18 octobre, la durée maximale de prescription de la méthadone gélule passe de 14 à 28 jours, 28 jours étant la durée maximale en matière de médicaments classés comme stupéfiants.

La méthadone gélule est indiquée comme traitement de substitution aux opiacés chez les personnes traitées par méthadone sirop depuis au moins un an et stabilisées.

Le traitement par méthadone sirop s’inscrit dans un accompagnement médico-psycho-social renforcé, rythmé par une durée maximale de prescription de 14 jours.  Alors que la méthadone sirop est injectable par certains (dans des conditions difficiles), la gélule ne l’est pas du tout, exposant cette forme galénique à moins de mésusage et trafic de rue. En outre, la forme gélule contient moins de sucre que la forme sirop, exposant à moins d’effets indésirables au niveau dentaire.

Lire la suite...

La RDR expliquée par ma grand-mère est une campagne interassociative de lutte contre les stéréotypes sur la RdR. Elle est portée par le Crips IDF.

 

packaging viagra cost also-. Suction generic softtabs viagra and.

Lancée à l'occasion des 5èmes Rencontres nationales de la RdR, cette campagne rappelle quelques fondamentaux. R, D et R ... qu’est-ce que c'est ?

  • La RDR, c’est la Réduction Des Risques en direction des personnes consommant des drogues.
  • La RdR, c'est une politique sociétale ; une démarche et des dispositifs…. ces trois lettres sauvent des vies.

Lire la suite...

Capture d'écran du message d'alerteDans le cadre du système d’Alerte Précoce (Early Warning System – EWS), l’Institut Scientifique de Santé Publique  lance un message d'alerte réservé aux consommateurs cela après avoir identifié onze nouveaux types de comprimés d’ecstasy hautement dosés en MDMA. Il s'agit des comprimés "Superman , "wifi", "Androïd", "Domino", "?", "Redbull", "Nintendo", "Etoile", "Gold", "Facebook" et "Yahoo".


Du fait de la concentration élevée en MDMA de ces comprimés, il existe un risque de complications graves (convulsions, hyperthermie, coma), voire de décès par overdose.

 

Lire le message d'alerte diffusé par Eurotox

Dans un communiqué la Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière (DISR) annonce que des tests salivaires seront expérimentés au cours du dernier trimestre 2014 sur les conducteurs automobiles dans plusieurs départements. L’objectif est de simplifier la procédure de contrôle en remplaçant le prélèvement sanguin par un prélèvement salivaire effectué par les forces de l'ordre. Ce prélèvement salivaire sera ensuite envoyé en laboratoire afin de confirmer la prise d’une substance illicite.

 

La généralisation du deuxième test salivaire permettra ainsi d'augmenter les contrôles en matière de conduite après usage de stupéfiants grâce au gain de temps généré par l'abandon du test sanguin de confirmation. Chaque année les forces de l'ordre pratiquent 144.000 dépistages de stupéfiants et 10 millions de contrôles d'alcoolémie cela alors que 21% des accidents mortels en 2013 sont liés à la consommation de drogues, contre 30% pour l'alcool.

Lire la suite...

L’OFDT publie une analyse « Héroïne - composition, prix, connaissances des usagers » réalisée à partir des résultats de l’enquête nationale SINTES menée de novembre 2010 à  décembre 2011 auprès de 374 usagers d’héroïne répartit autour de 7 agglomérations françaises.

Durant un an les usagers ont cédé un échantillon d’héroïne dont ils avaient auparavant consommé une partie. 85% des collectes ont été réalisées dans l’espace urbain (dont structures de soins et d’accueil pour usagers de drogues) et 25% dans l’espace festif.

 

Lire la suite...

Capture d'écran du Rapport mondial 2014 sur les droguesLe Rapport mondial 2014 sur les drogues qui vient de paraître passe en revue les principales évolutions intervenues sur les marchés des drogues au niveau mondial, de la production à la consommation, en passant par le trafic. Il apparait que la prévalence de l’usage illicite et de l’usage problématique de drogues se maintient, le nombre total d’usagers augmentant proportionnellement à l’accroissement de la population mondiale.


A l’échelle mondiale, en 2012, le rapport dénombre

  • 16 à 39 millions de personnes avec un usage problématique de drogue et un usager problématique sur six a accès à des services de traitement de la toxicomanie.
  • 183.000 décès liés à la drogue déclarés.
  • 3,5 à 7,0 % de la population âgée de 15 à 64 ans a consommé une drogue illicite au moins une fois au cours de l’année écoulée.
  • La consommation de drogues par injection, concernerait 12,7 millions de personnes  (1,7 million soit 13 % sont porteuses du VIH)

    Lire la suite...

Logo de I TRENDDans le cadre du projet I-TREND, l'OFDT lance la première enquête en ligne auprès des usagers de nouveaux produits de synthèse. L’enquête est construite autour de 30 questions centrées sur les motivations et les expériences des expérimentateurs ou usagers réguliers de NPS. Un questionnaire similaire va également être proposé aux Pays-Bas, en Pologne et en République tchèque.


Les résultats de cette enquête, disponibles en 2015, permettront notamment de contribuer à la construction d'une prévention adaptée à ce nouveau marché.