Vous êtes sur :

Mains qui roulent un jointUne équipe de l’Inserm a analysé les variations dans la séquence d’un gène (gène codant pour le récepteur cérébral aux cannabinoïdes) et les effets ressentis par des jeunes lors de leur consommation de cannabis*.

 

Le questionnaire suggérait: Plusieurs effets connus : relaxation, euphorie ou exacerbation des sens... D’autres effets moins connus : syndromes dépressifs passagers, paranoïa, crises d’angoisse, difficultés motrices et cognitives...Mais aussi des effets psychotiques :  hallucinations visuelles et auditives...

Il apparaît que parmi les personnes interrogées ayant déjà consommé du cannabis, environ une sur cinq a déjà ressenti un effet de type psychotique lors d’une de ces expériences.


Les chercheurs tentent maintenant d’évaluer le pouvoir prédictif de cette association, ainsi que l’influence éventuelle de certains variants du gène CNR1 sur le risque d’apparition d’une schizophrénie. En attendant d’en savoir plus, "ces travaux interpellent sur la sensibilité individuelle à l’usage du cannabis. Ce message doit passer auprès des jeunes, ils doivent apprendre à reconnaître ces effets délétères qu’ils peuvent être les seuls à ressentir", conclut Marie-Odile Krebs.


En savoir plus, consulter la page dédiée sur le site de l'INSERM

Lire l'actu sur les Conduites addictives chez les adolescents

 

* Une étude sur la consommation de cannabis et ses effets subjectifs  a été menée auprès de 3.800 étudiants. En parallèle, 1.200 jeunes ont participé anonymement à une enquête génétique.