Vous êtes sur :

Première de couverture du Rapport mondial sur les drogues 2012Selon le Rapport mondial sur les drogues 2012 , environ 230 millions de personnes (5 % de la population adulte mondiale) ont consommé une drogue illicite au moins une fois en 2010. Environ 27 millions d'usagers (principalement des héroïnomanes et des cocaïnomanes) auraient une consommation problématique de drogues. Cela représente environ 0,6 % de la population adulte mondiale. En 2012 les tendances mondiales de la production, de l'usage et des conséquences sanitaires des drogues illicites sont restées stables. A noter une tendance à l’augmentation de la consommation dans plusieurs pays en voie de développement.

Vue d’ensemble

  • Cocaïne Le rapport note une stabilité générale de la consommation et de la fabrication de cocaïne au niveau mondial. Il pointe que certains lieux de fabrication et/ou de consommation se sont déplacés d’une région et d’un pays à l’autre.
    En Europe la consommation de cocaïne s’est stabilisée durant la période d’observation.
  • Stimulants de type amphétamine Les stimulants de type amphétamine (méthamphétamine, amphétamine et “ecstasy”, principalement), représentent la deuxième classe de drogues la plus consommée dans le monde.
    Leur fabrication est difficile à mesurer.
  • Cannabis Le cannabis est la substance illicite la plus consommée dans le monde. Entre 119 et 224 millions de personnes sont des usagers de cannabis.
    Sa consommation est stable.
  • Nouvelles substances et usage non médical de médicaments Le rapport déplore ne pas disposer de chiffres mondiaux sur l’usage non médical de médicaments délivrés sur ordonnance autres que les opioïdes et les amphétamines. Il apparaît en effet que ce phénomène constitue un problème de santé de plus en plus grave.
    Le rapport indique que de nouvelles substances psychotropes synthétiques conçues pour échapper au contrôle international sont détectées de plus en plus fréquemment.
  • Impact sur la société? D’après le rapport, il faudrait entre 200 et 250 milliards de dollars (0,3 à 0,4 % du PIB mondial) pour couvrir les coûts liés au traitement de la toxicomanie dans le monde.
    L’impact de la consommation de drogues illicites sur la productivité d’une société (en termes monétaires) serait plus important. Les pertes de productivité représenteraient entre 0,3 et 0,4 % du PIB. Les coûts de la criminalité liée à la drogue représenteraient 1,6 % du PIB.


Consulter Le résumé analytique (en français)