Vous êtes sur :

Adoptée mi-octobre en Irlande, la loi de santé publique sur l’alcool comprend un ensemble de mesures pour renforcer la prévention des risques liés à sa consommation, basées sur les recommandations de l’OMS.

 

L’Europe reste la première consommatrice d’alcool au monde et, ces 40 dernières années, l’Irlande a toujours fait partie des principaux buveurs européens.

 

Le Comité permanent des médecins européens a salué l’adoption de la loi, qui prévoit :

  • Un prix minimum par unité d’alcool ;
  • L’étiquetage des produits alcoolisées et des messages sanitaires dans les débits de boisson ;
  • La limitation de la publicité et du sponsoring sur les produits alcoolisés ;
  • Une séparation nette des produits alcoolisés dans les points de vente et la régulation de la vente et de l’approvisionnement (promotions).

« La loi irlandaise est une réponse ambitieuse et mûrement réfléchie à un grave problème de santé publique. Nous sommes convaincus qu’elle sera une source d’inspiration pour les autres pays européens, la lutte contre les dommages liés à l’alcool devant rester une priorité de l’agenda de l’Union européenne » a déclaré Sascha Marschang, directeur de l’Alliance européenne pour la santé publique (EPHA).

 

Le courage et la volonté politique du Gouvernement irlandais l’ont emporté face à la pression des lobbies. Un exemple pour le gouvernement français, soumis à l’influence du lobby de l’alcool, comme le montre la présentation sans cesse retardée de la publication du plan gouvernemental de prévention des conduites addictives de la MILDECA.