Vous êtes sur :

Photo de 3 pintes de bièresSanté publique : Il ne faut pas taxer que la bière


Pour financer le déficit de la Sécurité sociale, le gouvernement envisage de doubler la taxe sur la bière et fait valoir que cette mesure satisfait de manière convergente les objectifs de retour à l’équilibre financier des comptes de l’Etat et ceux de santé publique.

Alourdir le poids de la fiscalité sur les boissons alcooliques est une politique que l’ANPAA appelle de ses vœux au nom de la santé publique. L’augmentation de leur prix freine leur consommation. La proposition du gouvernement va donc dans le bons sens mais est difficilement compréhensible en termes de santé publique dès lors qu’elle ne touche qu’une catégorie de boissons : la bière.

L’A.N.P.A.A. demande que toutes les boissons alcooliques soient taxées en fonction de la quantité d’alcool pur qu’elles contiennent. Outre qu’elle placerait sur un plan d’égalité chacune des boissons et éviterait toute discrimination, cette nouvelle fiscalité contribuerait au redressement des finances de

la France en faisant peser sur les consommateurs une contribution financière proportionnelle à la quantité d’alcool pur absorbée et au risque pris pour leur santé.