Vous êtes sur :

Trois verres de vin blancLa hausse des prix de l’alcool réduit nettement la consommation, et semblerait avoir un impact sur la morbidité et la mortalité liées à l’alcool. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la revue Addiction.

Cette étude canadienne menée de 1989 à 2010 a étudié l’impact de la politique du prix minimum des boissons alcoolisées.Il en ressort d'après une dépêche de l'Agence de presse médicale "qu’une hausse de 10% du prix minimum d'une boisson alcoolisée réduisait de 16% sa consommation par rapport aux autres boissons. Une hausse de 10% des prix réduisait la consommation de liqueurs et spiritueux de 6,8%, de 8,9% pour le vin, de 13,9% pour le cidre et les sodas alcoolisés, de 1,5% pour la bière et de 3,4% pour toutes les boissons

alcooliques confondues."

 

 

Lire la dépêche de l’Agence de presse médicale

Lire notre communiqué de presse du 26 août 2011 Taxation sur l’alcool, le tabac et les produits sucrés : La santé après le budget!