Alcool represLe Premier ministre a annoncé que pour revitaliser les petites communes, il allait distribuer gratuitement 10 000 Licence IV[1] pour les petites communes de moins de 3 500 habitants. Là où nous attendons des soignants, du service public de qualité, de l'emploi, de l’aide à la personne, nous aurons donc des bistrots !

 

Cette décision, qui ravira certainement le lobby alcoolier, envoie un message désastreux sur le plan de la santé publique. Car toutes les études démontrent que le niveau d'alcoolisation d'un pays est directement lié à l'offre et à l'accessibilité en boissons alcooliques.

 

Le Premier ministre le reconnait lui-même implicitement en se référant au nombre de débits de boissons en 1960 qui était de 200 000 contre 40 000 aujourd'hui. Mais il ne précise pas que la consommation d'alcool pur par habitant était alors de 26 litres par an. Elle est aujourd'hui de 11,7 litres – toujours une des plus élevées au monde – mais cette diminution depuis les années 60 tient aussi à la diminution du nombre de bars possédant une licence IV.

 

Alors que le succès du Défi de janvier/Dry January à la française a montré la prise de conscience de la population quant au risque alcool, le gouvernement a décidé de l'accroitre en incitant les gens à boire davantage sous prétexte de convivialité. Nul doute que les conséquences se feront sentir mécaniquement, de façon immédiate, sur le niveau des ivresses, le nombre d’accidents de la route dans ces zones où la voiture est souvent le seul moyen de locomotion, et à long terme sur les maladies, dont de nombreux cancers.

 

On peut aussi s'étonner que, dans ces zones en difficulté économique et sociale, le gouvernement n'offre à ces populations qu'une seule issue – boire de l'alcool – comme si le lien social et la convivialité ne pouvaient naitre que dans les vapeurs éthyliques.

 

Un gouvernement en mal d'imagination pour revitaliser les zones rurales qui ne propose en dernier recours que l'alcool, synonyme dans ce cas de désespérance et d'aggravation des inégalités sociales de santé, et à terme de morts, de maladies, de handicaps et de violence. On pouvait souhaiter un meilleur départ au nouveau ministre de la Santé.

 

--------------------------------------------------------

[1] Les licences IV autorisent la vente de tous les types d’alcool pendant et en dehors des repas.