Vous êtes sur :

rapport lobbies

 

En 2016, la Cour des comptes alertait sur l’influence des lobbies de l’alcool au sein de la sphère politique qui avait permis pendant longtemps de contrer toute tentative de mise en oeuvre d’une politique de santé publique réellement efficace en matière de réduction du risque alcool. Ces pratiques sont toujours d'actualité et l’année 2018 se caractérise par une série d’initiatives menées par l’ensemble des filières alcool - et plus particulièrement viticole - qui bénéficie de la compréhension du Président de la République.

 

Au coeur de ces initiatives, une stratégie visant à se positionner comme un « acteur de prévention » auprès des pouvoirs publics afin de pouvoir diffuser leurs propres messages de prévention, centrés uniquement sur la responsabilité individuelle des consommateurs. L’impact de l’environnement sur les consommations (publicité, accessibilité, prix) est volontairement passé sous silence, de même que toute proposition visant à instaurer des mesures contraignantes. Pourtant, se vouloir "acteurs de prévention" et faire de la jeunesse une cible prioritaire pour la consommation d'alcool (cf. article du Monde : Le lobby du vin à la conquête des jeunes) sont deux ambitions contradictoires du lobby alcoolier.

 

Ce deuxième rapport analyse les stratégies mises en place par le lobby alcoolier pour contourner la loi Evin, noyauter la politique de prévention et met en lumière l'influence de cette industrie sur les politiques publiques. 

 

Télécharger le rapport