Vous êtes sur :

Isolememnt

 

Alors que le reconfinement peut être vécu difficilement par des personnes fragilisées par des conduites addictives, l’ANPAA se mobilise pour éviter les ruptures des parcours de soin et lutter contre leur isolement . Pendant la première phase de confinement, le lien avec un certain nombre de personnes accompagnées par l’association a pu être distendu Alors que depuis ces derniers mois, nous nous mobilisons pour le reconstruire, l’association met tout en œuvre pour que ce nouveau confinement n’ait pas les mêmes impacts.

 

Le premier confinement a été une situation difficile pour les personnes en difficulté avec des conduites addictives.Une étude menée par l’ANPAA auprès de ses usagers a révélé que 41% se sont retrouvés seuls pendant le confinement. Alors que 53% des usagers ont augmenté leurs consommations pendant la période, il est à craindre que ce reconfinement ait des répercussions encore plus importantes. Déjà, un certain nombre de personnes accompagnées par l’ANPAA expriment leur crainte de ne plus pouvoir venir dans leur centre d’addictologie si le confinement venait à être renforcé.

 

Durant la première période de confinement, l’ANPAA a su s’adapter pour assurer ses missions auprès des personnes ayant des problèmes d’addictions tout en garantissant la sécurité de ses salariés. Au printemps dernier, l’ANPAA a assuré chaque semaine entre 8000 et 10000 consultations, majoritairement à distance, et poursuivi ses activités de soin résidentiel. Pour garantir l’accès aux soins aux personnes n’ayant pas accès à un téléphone ou un ordinateur, deux tiers des CSAPA et un tiers des CAARUD ont par ailleurs continué à proposer un accueil physique.  

 

Différence majeure par rapport au confinement du printemps, les équipes de l’ANPAA disposent aujourd'hui d’équipements de protection individuelle en quantité suffisante, permettant de garantir la sécurité de tous. Le protocole sanitaire mis en place depuis le début de l’épidémie a été éprouvé et est appliqué de manière très rigoureuse par l’ensemble des équipes.

 

Dans la nouvelle phase qui s’ouvre, toutes les structures de l’association proposeront dès lors un accueil physique. Les personnes particulièrement vulnérables, précaires, en rupture sociale ou éloignées du numérique ainsi que les nouveaux usagers pourront être accueillis dans le respect strict des mesures sanitaires et des gestes barrières. Il s’agit pour l’association d’éviter les ruptures des parcours de soin et la perte de lien avec des personnes particulièrement vulnérables.

 

Les téléconsultations continueront à être proposées aux personnes pour qui ce mode de consultation est adapté. En matière de prévention et de formation, le distanciel sera privilégié, même si des actions en présentiel pourront être maintenues dans le cas où les conditions sanitaires le permettent.

 

Conformément à ses valeurs de solidarité et d’humanisme, l’association entend ainsi répondre à l’appel adressé aux associations du secteur médico-social de contribuer à l’accompagnement des personnes isolées.