Vous êtes sur :

homeless man 4481594 1920

 

Deux centres de confinement ont été ouverts dans des gymnases de Bayonne et Biarritz pour éviter aux personnes sans-abris, particulièrement vulnérables, de contracter le Covid-19. L’ANPAA a proposé son aide à l’association Atherbea qui gère les deux centres.  

 

L’ANPAA mettait déjà à la disposition d’Atherbea – qui  accueille des personnes en difficulté, sans logement, sans ressource et sans travail, seules ou avec leurs enfants, dans le but de favoriser leur réinsertion sociale – un infirmier sur deux de ses centres avant l’épidémie. Dès l’annonce du confinement et en concertation avec l’ARS, le centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD) de Bayonne a décidé de poursuivre son travail et de transférer ses activités quotidiennes vers les deux centres de confinement en raison des difficultés à respecter les gestes barrières au sein du CAARUD.  

 

L’ANPAA a mis deux travailleurs sociaux et deux infirmiers à disposition de l’association Atherbea. Tous les matins, sur les heures habituelles d’ouverture du CAARUD, les professionnels de l’ANPAA se rendent sur place pour réaliser des actes infirmiers et sociaux : prise de contact avec les personnes hébergées, proposition d’accompagnement en matière de conduites addictives, prévention et distribution de matériel de réduction des risques.  

 

« Nous sommes ravis de ce partenariat avec Atherbea. Il nous permet de poursuivre nos activités d’accompagnement des personnes vulnérables tout en protégeant au mieux nos salariés qui ont tout le matériel nécessaire à disposition. Nous commencions à manquer de masques au CAARUD. » explique Ophélie Rodriguez Ambrosetti, cheffe de service à l’ANPAA du Pays Basque. 

 

Dans ces centres, les professionnels de l’ANPAA collaborent avec les équipes et bénévoles d’Atherbea et de la Croix-Rouge mais tissent également de nouveaux liens avec Bizia, une association de prise en charge bio-psycho-sociale de patients toxicomanes et plus largement de toutes les addictions. Maritxu Labeguerie, infirmière au CAARUD de Bayonne, a beaucoup apprécié son travail aux côtés des associations partenaires de l’ANPAA. « Cette expérience reflète parfaitement ma vision du travail médico-social, à savoir développer des partenariats et les renforcer pour travailler ensemble à un objectif commun ».  

 

« Nous faisions déjà de l’inter-associatif mais nous manquons souvent de temps pour préparer et réaliser des actions communes. L’urgence de la situation nous a fait nous associer pour faire face au mieux à l’épidémie et protéger les personnes fragiles que nous accompagnons. Lorsqu’il sera l’heure du bilan, cette expérience nous aura probablement donné des billes pour mieux communiquer entre nous et travailler ensemble à l’avenir » , ajoute Ophélie Rodriguez Ambrosetti.