Vous êtes sur :

image protoxyde dazoteLe protoxyde d’azote, aussi connu sous le nom de « proto » et « gaz hilarant » par le grand public, est un gaz utilisé couramment dans les produits culinaires pour sa fonction de propulseur (dans les siphons de chantilly) et pour ses qualités anesthésiantes dans le milieu hospitalier.

 

Usage détourné et accessibilité

 

Ce gaz est depuis quelques années détourné de son usage originel à des fins récréatives. La pratique qui consiste à le transférer de la cartouche métallique dans un ballon de baudruche pour l’inhaler – qui existait déjà dans les années 90 – a pris de l’ampleur depuis 2018 et concerne majoritairement les adolescents entre 12 et 16 ans qui en recherchent les effets euphorisants.

 

En France, ce produit est légal et très facile d’accès puisqu’on le trouve en vente sous forme de cartouches métalliques sur internet et dans les supermarchés. Son accessibilité facilitant un usage détourné a conduit à une proposition de loi visant à encadrer la vente de protoxyde d’azote et à renforcer les actions de prévention.

 

 

 

Quels sont les effets immédiats du protoxyde d’azote ?

  • Euphorie
  • Fous rires
  • Distorsions visuelles et auditives

Les effets disparaissent 2 à 3 minutes après leur survenue.

 

 

Un produit dangereux 

 

Mais inhaler du protoxyde d’azote n’est pas sans danger pour la santé. De nombreux effets indésirables peuvent survenir : brulure due au froid du gaz libéré de la cartouche, asphyxie, vertiges, perte de connaissance, etc. et les conséquences peuvent être encore plus graves en cas de forte dose ou de consommation régulière. En novembre, les autorités sanitaires alertaient sur les dangers de cette pratique initialement limitée au département des Hauts-de-France et qui a commencé à gagner la région parisienne et l’Est de la France. La Mildeca et la Direction générale de la Santé ont indiqué dans un communiqué que depuis janvier 2019, « 25 signalements d’effets sanitaires sévères (avec atteinte du système nerveux et de la moelle épinière) dont 10 graves avec des séquelles pour certains cas » avaient été remontés via le réseau d’addictovigilance.

 

Toute consommation comporte des risques pour la santé, vous trouverez des conseils pratiques les prévenir ou les réduire en consultant la fiche Repères « Protoxyde d’azote ».

 

 

Télécharger l'article

 

 

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.