Vous êtes sur :

e.sante

 

Pour répondre aux mêmes constats que ceux visés par le rapport « Addictions : la révolution de l’e-Santé », remis par le Dr Jean-Pierre Thierry et le Pr  Michel Reynaud à la MILDECA le 14 mai, l'ANPAA en Côte d'Or va expérimenter en juin une téléconsultation. Ces constats sont : 

 

  • Les besoins et demandes de prévention/soins/accompagnement et réduction des risques sont plus importants que l’offre actuelle. En effet, le « treatment gap », écart entre le nombre de personnes souffrant d’addiction et le nombre de patients traités, reste important en France : moins de 20% des personnes présentant un trouble de l’usage de substances bénéficient d’un traitement.

  • La présence et la compétence médicale spécialisée en addictologie reste hétérogène au sein des territoires. L’ANPAA en Côte d’Or se heurte notamment à des difficultés de recrutement de médecins addictologues ; constat partagé par plusieurs autres opérateurs et par l’Agence Régionale de Santé. 

Ce projet de téléconsultation correspond aux préconisations de niveau 3 - la multiplication de l’offre de télémédecine et incitation au développement de la téléconsultation dans les addictions via des plateformes - du rapport précité.​

 

Financé par l’ARS, le projet consiste à organiser des consultations à distance par un médecin addictologue d’un CSAPA pour un autre CSAPA ne bénéficiant pas de médecin spécialisé.  ​

 ​

Le retour d'expérience du CHU de Dijon qui met en œuvre les téléconsultations en addictologie a permis de mettre en évidence qu'un professionnel de santé pour assister le professionnel à distance n'était pas nécessaire lors de la consultation. ​

 

Les patients du CSAPA bénéficiant de l’expérimentation sont donc en "autonomie" lors des téléconsultations, sauf cas particuliers.​

 ​

Les objectifs visés sont les suivants : ​

  • favoriser l'accès aux soins, notamment des patients avec traitement de substitution ; ​
  • éviter les ruptures de traitements pour ces patients ; ​
  • maintenir une offre de soins CSAPA malgré l’absence de médecin spécialiste sur place. ​

 

Ainsi, le projet de l’ANPAA permettra de maintenir une offre médicale sur le territoire et garantir la continuité des soins pour les patients ne bénéficiant pas d’orientation vers un médecin généraliste.​

 

A moyen terme, il s’agira de compléter l’offre de télémédecine par des interventions en présentiel. ​

 

Afin d’assurer la pérennité du projet, ce dernier est inclus dans les négociations CPOM en cours.​

 ​

Cet projet expérimental représente donc un modèle original d’innovation en matière d’e-santé au service de l’addictologie et place l’association au rang de pionnière en région Bourgogne Franche-Comté. ​

 

L’expérimentation est pleinement intégrée dans des orientations nationales de santé publique tout en répondant à des besoins territoriaux identifiés. ​

 

Avec cette expérimentation et d'autres en cours de développement, l'ANPAA s'inscrit pleinement dans le virage numérique de la santé appliqué au champ de l'addictologie, en prévention, formation, accompagnement et soins.

 

 

Lire Addictions : la révolution de l’e-Santé 

Lire le dossier de presse