Vous êtes sur :

ofdt

 

Les femmes présentant des conduites addictives font partie des publics les plus vulnérables. Leur accompagnement par les services de prise en charge spécialisés reste cependant minoritaire. Le développement et le renforcement de la prise en charge des publics féminins fait partie des priorités identifiées dans le plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 proposé par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA).

 

À l’occasion de la journée internationale des Droits des femmes, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publie ce vendredi 8 mars les résultats de l’enquête Ad-femina dans la revue Tendances. Cette enquête, lancée début 2018, avait pour objectif d'approfondir les connaissances sur les actions spécifiques qui sont mises en place à destination des publics féminins dans les centres d’accompagnement et de soin en addictologie.

 

Un questionnaire adressé à ces différentes structures a permis de recueillir des informations précieuses sur les activités menées dans 338 structures en addictologie. 

 

 

« 338 structures ont fait un retour, soit un taux de participation de 26%. Parmi elles, 137 déclaraient avoir déjà mise en œuvre un accueil féminin, dont 80 étaient engagées sur ce terrain en 2017. »

 

 

Les résultats nous éclairent sur :

  • les profils des bénéficiaires : des femmes « majoritairement poly-consommatrices et dépendantes », qui présentent « des vulnérabilités au plan familial susceptibles de freiner leur demande de soins »
  • les modalités d’accueil mises en place dans ces structures : « pour la plupart, les accueils « féminins » sont récents »,
  • la typologie des ces dispositifs dont on distingue deux champs d’action : l’accompagnement de la maternité et de l’aide à la parentalité d’une part et « le traitement des vulnérabilités observées aux plans physique mais aussi psychologique et social chez les femmes présentant des addictions ».

Finalement, au-delà de la prise en charge en addictologie, il s’avère que la revalorisation de l’image de soi et la socialisation sont au cœur des sujets abordés par les centres avec les usagères. Ainsi ce sont « plus de 4 dispositifs existants sur 10 [qui] orientent leur action vers l’aide à l’insertion ou l’accompagnement socio-administratif […] ».

L’accueil médicosocial spécifique aux femmes en addictologie progresse ces dernières années et fait l’objet d’une attention particulière. Il reste selon l’OFDT, « un terrain d’innovation clinique » qui invite à poursuivre cette étude dans l’avenir.

 

Téléchargez l'enquête