Vous êtes sur :

logos signataires du communiqué des mesures de réduction des risques

Une nouvelle étude (ANRS-Pri2De), publiée vendredi, fait un état des lieux des mesures de réduction des risques (RdR) liés à l'usage de drogue dans les prisons françaises. Cet état des lieux montre que la France se situe bien en-deçà du standard minimal de l'OMS, alors que les prévalences de l'hépatite C et du VIH sont anormalement élevées, et les consommations de drogues avérées.
Cette étude vient appuyer l'expertise collective de l'Inserm de 2010, qui recommande la mise en place d'une véritable politique de réduction des risques en milieu carcéral, et l'avis du Conseil National du Sida, demandant la mise en place d'échange de seringues en prison.
L’accès aux droits
L’accès aux seringues et au matériel de réduction des risques
L’accès à l’information
L’accès aux soins

Le Réseau Français de Réduction des Risques et les signataires demandent l'application des mesures recommandées par l'expertise collective INSERM. :
- Le principe d’équivalence d'accès aux soins et à la réduction des risques entre prison et milieu
libre
- La mise en place d'études sur l'incidence des hépatites et du VIH en Prison
- L'intervention d'équipes de RDR dans tous les lieux de détention.
- Une formation à la réduction des risques pour tout les personnels soignants.
- La mise en place de programme d'échanges de seringues en prison.

Lire le communiqué de presse du Réseau Français de réduction des risques