Vous êtes sur :

Vote mainsA l'occasion des élections législatives, l'ANPAA se mobilise pour sensibiliser les candidats aux enjeux de santé publique liés aux conduites addictives : lire le communiqué.

 

Afin de démultiplier notre impact, nous avons besoin de votre aide pour faire connaitre nos propositions.

 

Lire la suite...

2bieresDans les trois grandes familles de boissons alcoolisées (vins, bières et spiritueux), celle de la bière a longtemps avancé à bas bruit. Le produit est moins porteur d'une appropriation nationale que le vin. Sa consommation traditionnelle prédominait dans les bordures nord et est du pays, et sa promotion, marquée sociologiquement, visait essentiellement les couches populaires.

 

Les dernières décennies ont vu l'arrivée des grands brasseurs internationaux (Carlsberg et Heineken Budweiser) qui ont raflé le marché national, et imposé leurs pratiques. On est passé insensiblement d'une tradition artisanale à une industrie mondialisée avec des méthodes où l'impact sur les ventes importe plus que la transparence et le souci de la santé.

 

Si la consommation de bière n'atteint pas en France le niveau de celle du vin, elle n'en contribue pas moins aux dommages sociaux et sanitaires, et l'évolution très agressive et "créatrice" de ce secteur économique en fait un acteur dont l'évolution mérite pour le moins attention.D'autant que sous une forme moins vindicative contre la santé publique que la filière viticole, les brasseurs n'en mènent pas moins une stratégie redoutable d'efficacité en utilisant des moyens similaires.

 

Télécharger le dossier Décryptages N°24 - La bière : Nouveaux visages, nouveaux risques

 

 

 

 

Enregistrer

atcDans la continuité du partenariat entre l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie dans le 73et L'Union Régionale pour l’Habitat des Jeunes Auvergne Rhône-Alpes, ce mardi 09 mai sort le deuxième épisode de la web-série A toi de choisir : « Réalité vs Virtualité ».

Dans cet épisode, la vidéo nous interpelle en utilisant  le principe des livres dont vous êtes le héros. Elle nous invite  à faire un choix entre  l’un des deux profils de  joueurs,  deux pratiques de jeu : la pratique récréative, où le jeu ne prend pas une place prépondérante dans la vie du joueur, et  la pratique excessive, où le jeu devient l’élément central de la vie du joueur.


C’est donc toujours avec humour que sont abordés les risques associés à une pratique excessive de jeux vidéos…

Visionner la vidéo

Les jeux vidéos, une addiction ? Quelques conseils aux parents

 

Ce deuxième épisode a été créé par les jeunes de la résidence Joseph FONTANET d’Aix les Bains et de la résidence Albert CAMUS de Montmélian.

Enregistrer

Proposition1

La part de la population qui fume du tabac quotidiennement en France est supérieure à la moyenne des pays européens et est presque deux fois plus élevé qu’en Suède (12%).

 

De même, la consommation d’alcool annuelle en France est parmi les plus élevées des pays de l’OCDE avec 11,5 litres d’alcool pur par habitant contre 8,8 litres en moyenne.

 

La France se distingue aussi par le nombre élevé de consommateurs réguliers de cannabis, estimé à 1,4 millions. 

 

Les addictions sans produit (jeux d'argent en ligne, jeux vidéo…) sont aujourd’hui bien documentées et de nouvelles drogues sont fabriquées chaque jour dans le monde entier, inondant un marché rendu notamment incontrôlable par Internet.

 

Proposition aux candidat-e-s : Vous engagez-vous, si vous êtes élu-e, à soutenir l'adoption d'un programme ambitieux en matière de conduites addictives axé sur la réduction des risques et des dommages ?

Lire la suite...

Prop5

 

La prévention - dans toutes ses dimensions qu'elles portent sur l'éducation, l'encadrement de l'offre et des prix, la promotion des produits, etc. - est le parent pauvre des politiques de santé menées en France depuis de nombreuses années.

 

Un rapport du Sénat de 2015 a d’ailleurs souligné les moyens limités consacrés à la prévention en évoquant un « saupoudrage qui constitue un frein à l’efficacité globale de la politique gouvernementale ».

 

 

Proposition aux candidat-e-s : Vous engagez-vous, si vous êtes élu-e, à soutenir l'adoption d'un programme pluriannuel de prévention, et notamment de réduction des risques et des dommages liés aux conduites addictives, déployé sur l’ensemble du territoire ?

Lire la suite...

Prop3

 

Si la consommation de boissons alcooliques s'inscrit dans une recherche de plaisir qu'il ne saurait être question de nier, les consommateurs doivent être conscients des risques liés à l'alcool afin qu'ils gèrent leur consommation avec le moindre risque.

 

Proposition aux candidat-e-sVous engagez-vous, si vous êtes élu-e, à soutenir l'adoption d'une législation visant à rendre obligatoire l'information des consommateurs sur les boissons alcoolisées ?

Lire la suite...

Prop4

 

Toutes les études économiques montrent que le prix est un facteur déterminant dans la décision d’achat et de consommer.

 

C’est d’autant plus vrai pour les jeunes qui ont, en général, un budget serré et qui sont davantage sensibles aux prix.

 

Cela s’est d’ailleurs vérifié avec la hausse des prix du tabac qui a conduit à une réduction de la consommation chez les jeunes.

 

 

Proposition aux candidat-e-s : Si vous êtes élu-e, seriez-vous favorable à la mise en place d’une politique de prix minimum de l’alcool afin de réduire la consommation chez les jeunes ?

Lire la suite...

Comme elle l’a fait dans le cadre de l'élection présidentielle, l'ANPAA soumet aux candidats aux élections législatives 5 propositions afin de les sensibiliser aux enjeux liés aux conduites addictives, qu’il s’agisse de l’alcool, du tabac, du cannabis ou d’autres addictions sans produit.

 

Cet effort de sensibilisation est important alors qu’un rapport d’experts publié le 4 mai 2017 alerte sur les risques pour la santé d’une consommation, même modérée, d’alcool. Des risques aujourd'hui minorés qui tranchent avec la politique répressive en vigueur pour les substances psychoactives illicites telles que le cannabis.

Lire la suite...

Prop2

 

La France est le seul pays d’Europe où plus de 15% de la population consomme régulièrement du cannabis.

 

Il est temps de faire le constat qu’il n’y a pas de société sans drogue et que la politique actuelle de prohibition du cannabis – l’une des plus répressives d’Europe – est un échec. 

 

Il est nécessaire de s’orienter vers une légalisation encadrée, comme pour l’alcool, le tabac, les jeux d’argent en ligne.

 

 

Proposition aux candidat-e-s : Si vous êtes élu-e, seriez-vous favorable à l'organisation d'un débat public, préalable à une révision de la loi de 1970 sur le statut et l’usage du cannabis ?

Lire la suite...

 

Comme elle l’a fait dans le cadre de l'élection présidentielle, l'ANPAA a soumis aux candidats aux élections législatives 5 propositions afin de les sensibiliser aux enjeux liés aux conduites addictives, qu’il s’agisse de l’alcool, du tabac, du cannabis ou d’autres addictions sans produit.

 

Cet effort de sensibilisation est important alors qu’un rapport d’experts publié le 4 mai 2017 alerte sur les risques pour la santé d’une consommation, même modérée, d’alcool. Des risques aujourd'hui minorés qui tranchent avec la politique répressive en vigueur pour les substances psychoactives illicites telles que le cannabis.

 

 

Les engagements des candidat-e-s ont été mis en ligne dès réception afin de les faire connaitre aux citoyens.

 

 

Lire la suite...