Vous êtes sur :

Prop3

 

Si la consommation de boissons alcooliques s'inscrit dans une recherche de plaisir qu'il ne saurait être question de nier, les consommateurs doivent être conscients des risques liés à l'alcool afin qu'ils gèrent leur consommation avec le moindre risque.

 

Proposition aux candidat-e-sVous engagez-vous, si vous êtes élu-e, à soutenir l'adoption d'une législation visant à rendre obligatoire l'information des consommateurs sur les boissons alcoolisées ?

 

Chaque boisson doit contenir, a minima, les informations suivantes par unité ou par contenant :

  • la quantité d’alcool pur qu’elle contient,
  • l’apport calorique,
  • sa composition avec notamment la teneur en sulfites,
  • sa teneur en résidus de pesticides et autres produits phytosanitaires,
  • une mention plus visible du risque pour les femmes enceintes. Le pictogramme Picto femmes enceintes illustrant le "zéro alcool pendant la grossesse", doit ainsi être présent sur chaque contenant.

 

Pourquoi c’est important ? 

  • La viticulture qui représente moins de 4% des terres cultivées consomme 20% des pesticides utilisés en France.
  • La lutte contre le surpoids et l'obésité repose en grande partie sur l'information du consommateur sur les calories qu'il consomme sous diverses formes, dont les boissons alcoolisées.
  • Un demi de bière à 5° contient 120 calories et un verre de vin de 12° 70 calories. L'apport calorique lié à l'ingestion d'alcool, comme c'est le cas pour les aliments, est un élément d'information pour le consommateur qui souhaite équilibrer son alimentation.
  • Plus d’un million de Français dépassent la dose journalière admissible de sulfites « principalement en raison de la consommation de vin » qui représente, à lui seul, environ 70 % de nos apports en sulfites. Or l'ingestion de sulfites peut avoir des effets indésirables, de l'intolérance (le plus fréquent étant le mal de tête) à l'allergie pouvant aller jusqu'au choc anaphylactique.

 

En savoir plus : Décryptages N° 21 – Alcool et information des consommateurs : une exigence légitime – ANPAA 2016

Enregistrer

Enregistrer