Vous êtes sur :

Prop4

 

Toutes les études économiques montrent que le prix est un facteur déterminant dans la décision d’achat et de consommer.

 

C’est d’autant plus vrai pour les jeunes qui ont, en général, un budget serré et qui sont davantage sensibles aux prix.

 

Cela s’est d’ailleurs vérifié avec la hausse des prix du tabac qui a conduit à une réduction de la consommation chez les jeunes.

 

 

Proposition aux candidat-e-s : Si vous êtes élu-e, seriez-vous favorable à la mise en place d’une politique de prix minimum de l’alcool afin de réduire la consommation chez les jeunes ?

 

Le prix unitaire minimum (MUP) est un prix plancher fixé en fonction de la quantité d'alcool pur contenue dans un produit. Pour établir le prix de chaque boisson, le prix minimum par unité d’alcool est multiplié par le nombre d’unités que la boisson contient. En Ecosse par exemple, le prix minimum est de 50 pence (0,60 €) par unité d’alcool.

 

Pourquoi c’est important ? 

  • Le MUP est une mesure qui touche surtout les boissons d'entrée de gamme. Or c’est l’alcool bon marché que les jeunes et les consommateurs excessifs achètent et consomment en priorité.
  • Une politique de prix sur les boissons alcooliques réduit la consommation et les conséquences sanitaires : une étude canadienne a montré qu’une augmentation de 10% du prix minimum moyen de toutes les boissons alcoolisées se traduit par une diminution de 32% des décès attribués à l’alcool en Colombie-Britannique.
  • L’OCDE comme l'OMS préconisent d’agir sur les prix pour réduire les dommages dus à l’alcool, notamment chez les jeunes. Le prix minimum a ainsi été approuvé par le Parlement écossais, il est à l'étude en Irlande et en Estonie, et d'autres pays devraient suivre.
  • Cette politique permettrait d’encourager la production de boissons alcoolisées moins fortes.

 

En savoir plus : Position du Gouvernement écossais sur le MUP - 2013

 

Enregistrer