Vous êtes sur :

2018 STANDSLe 26 janvier 2018, 130 élus et salariés de l'ANPAA, venant de toutes les régions, se sont retrouvés à Paris à l’occasion de la 3ème journée des vœux de l’ANPAA.

 

Cet événement, placé sous les signes de l'échange et du partage, a été l'occasion de mettre en commun les pratiques et actions de chacun, de se retrouver et de se découvrir.

 

Vous trouverez ci-dessous le catalogue de l’ensemble des actions conduites sur tout le territoire par nos équipes dans les champs du soin, de la prévention et de la vie associative, qui ont été présentées lors de cette journée ainsi que des interviews détaillant certaines de ces actions.

 

Consulter le catalogue des actions ANPAA

 

Voir les vidéos

L'ANPAA dans nos régions

Interview de Madame Charlène Bossé, Responable prévention en Normandie

Interview de Madame Odile Lecocq, Directrice régionale ANPAA en Océan Indiens

Interview de Monsieur Philippe Dauzan, Directeur régional ANPAA en Nouvelle Aquitaine

Interview de Monsieur Olivier Teillier, Chef de service en Nouvelle Aquitaine

 

jeux

Activité humaine universelle, le jeu est à la fois un moyen d'apprentissage naturel pour les enfants, et une source de plaisir et de divertissement pour chacun. Mais cette recherche de plaisir peut ouvrir la voie à des comportements plus négatifs.

 

C'est ainsi qu'aux addictions "classiques" liées à la consommation d'un produit (tabac, alcool, drogues illicites, médicaments détournés), le champ des conduites addictives a intégré depuis plus d'une décennie les addictions sans produit ou addictions comportementales, en particulier les addictions aux jeux.

 

Sans diaboliser une activité qui est inhérente à la nature humaine, les nouvelles pratiques induites par le développement technologique, industriel et commercial des jeux imposent une réflexion sur ce qui n'a souvent plus rien d'une activité "innocente" ni pour le joueur, ni pour le promoteur du jeu.

 

C'est pourquoi le contexte de privatisation de la Française des Jeux, qui tendra à augmenter le chiffre d'affaires et assurer le dividende des actionnaires, n'aura d'autres moyens que de pousser à l'accroissement du nombre de joueurs (et de leurs mises) et à les fidéliser au risque de les pousser dans l'addiction. Face à la puissance de ce lobby, le rôle régulateur et protecteur de l'Etat ne doit pas s'affaiblir, mais au contraire s'affirmer et soutenir les efforts de prévention.

 

Télécharger le dossier Décryptages N°31 - Les jeux Hasard, argent, vidéos et illusions

 

 

 

Grâce à la mobilisation de ses bénévoles et de ses équipes de terrain, l'ANPAA a réussi à faire annuler, par l'organisateur lui-même, la manifestation "Fête nationale du Jaune".

Depuis plusieurs mois, un mystérieux « Mr Jaune » inonde Facebook pour promouvoir la Fête nationale du Jaune, un apéro géant national autour de la boisson anisée.

Cette manifestation, prévue les 6 et 7 avril dans plusieurs villes françaises, a fait l'objet de publicité illicite sur le réseau social. A caractère incitatif avec boissons gratuites et promo sur le fameux « jaune », cet événement risquait de conduire à des ivresses aiguës avec des risques d’accidents et de dommages sanitaires, sociaux, individuels et collectifs sur l’ensemble du territoire.

Lire la suite...

cerveau verres alcoolL’ANPAA publie aujourd'hui son premier rapport sur les pratiques des lobbies de l’alcool observées en 2017.

 

Comme le soulignait la Cour des comptes en 2017, les lobbies de l’alcool, de par leur influence au sein de la sphère politique, ont longtemps réussi à contrer toute tentative de mise en œuvre d’une politique de santé publique réellement efficace en matière de réduction du risque alcool.

 

La Cour des comptes appelait à « tirer les leçons du fait que, sous l’influence des intérêts des producteurs, les arbitrages rendus sur la plupart des mesures pouvant affecter la vente de boissons alcoolisées l’ont été en défaveur de la santé publique ».

 

Ces pratiques sont toujours en cours aujourd'hui. L’année 2017 se caractérise ainsi par une série d’initiatives menées par l’ensemble de la filière alcool qu’il s’agisse du vin, des spiritueux ou de la bière.

 

Lire la suite...

neversA l’occasion des Etats Généraux de la Santé organisés par le Conseil territorial de la santé (CTS), Madame Agnès BUZYN, Ministre des Solidarités et de la Santé, était en déplacement dans la Nièvre le 1er Mars 2018.



Avant de rejoindre les Etats Généraux de la Santé, Mme Agnès BUZYN a été reçue par Monsieur Alain DELGUTTE, Président du Conseil Central de la section de l’Ordre des Pharmaciens dans son officine pour échanger sur la lutte contre le tabagisme.



A cette occasion, l’ANPAA 58 a été conviée à rencontrer Madame La Ministre afin de présenter les missions de l’établissement et notamment les actions conduites dans le domaine de la tabacologie en CSAPA et en prévention sur le territoire 58. Moment d’échange appréciable, temps fort pour l’ANPAA 58 en matière de communication, et de reconnaissance comme partenaire important dans la prise en charge et la prévention des addictions sur le territoire 58.

 

 

--------------
Sur la photo : Mme Agnès BUZYN entourée de M. DELGUTTE, du Préfet de la Nièvre, de la directrice de l'ANPAA 58 Mme ROCHU, de Mme GOULET Députée de la Nièvre et du Maire de Nevers

 

Télécharger la présentation de l'ANPAA 58 faite à l'occasion de la visite de Mme Agnès BUZYN

Télécharger le Courrier de remerciement de Mme la Ministre

cerveauUne publication américaine démonte un mythe. En effet, lors de chaque débat parlementaire, un des arguments préférés des députés ou sénateurs relayant ceux du lobby de l'alcool, est que le meilleur moyen de prévenir les comportements excessifs à l'adolescence ou à l'âge adulte serait d'éduquer les enfants ou les jeunes à boire correctement. Cette affirmation n'a jamais été démontrée, et elle sert essentiellement de contrefeu pour ne pas mettre en œuvre des mesures dont l'efficacité a été parfaitement démontrée par les études scientifiques.

 

Les trois chercheurs de l'Université de Buffalo[1] ont suivi 765 familles réparties en deux groupes de taille équivalente selon que les enfants (moins de 13 ans) étaient ou non autorisés par leurs parents à siroter (sipping) ou goûter (tasting) de l'alcool. Les résultats sont significativement plus mauvais quand les parents supervisent (et donc autorisent) les enfants dans leur dégustation. Quelques années plus tard, en effet, cette permissivité des parents était associée à une consommation plus fréquente, à une consommation moyenne d'alcool par jour plus importante et à d'autres problèmes liés à l'alcool à la fin de l'adolescence.

Lire la suite...

sallevideLes 6 et 7 décembre 2017, la Fondation pour la Recherche en Alcoologie (FRA) a tenu son 1er colloque à Rennes depuis sa création en décembre 2015 à partir de la transformation de l'IREB (Institut de recherches scientifiques sur les boissons). Ce colloque scientifique n'a pas été un grand succès comme auraient pu l'espérer les alcooliers, en raison d'un enchaînement de maladresses qui tiennent à l'ambiguïté de cette stratégie d'influence de moins en moins bien perçue.

 

Cet épisode décevant pour la FRA a été autant l'occasion d'un dévoilement des méthodes de cette fondation et des réactions qu'elles suscitent que des travaux soutenus par le secteur économique de l'alcool.

 

Télécharger le dossier Décryptages N°30 - Colloque "décevant" de la FRA : Les limites de l'ambiguïté

 

 

drogue coutAu moment où le gouvernement français, sur la lancée de l'élection du président Emmanuel Macron, s'apprête à réviser à la marge le dispositif de répression de l'usage des stupéfiants (contraventionnalisation pour primo-interpellation), la prise en compte de l'aspect économique de la consommation de drogues et de leur trafic est curieusement absente du débat. C'est d'autant plus étonnant pour un gouvernement qui se veut managérial et garant des équilibres budgétaires.

 

On peut difficilement incriminer le manque d'informations, que ce soit sur les drogues légales ou illégales, ou la difficulté de la prospective puisque, pour le cannabis, l'évolution de la législation dans certains pays (Etats-Unis, Uruguay) permet déjà de tirer des enseignements[1], à la fois pour la santé publique et pour l'évolution du marché. Par ailleurs, nous disposons pour la France d'éléments solides concernant le coût social des drogues licites ou illicites grâce aux travaux de l'économiste Pierre Kopp[2] publiés en 2015[3], financés par la Direction Générale de la Santé.

 

 ___________________________

[1] https://www.ofdt.fr/europe-et-international/projets-internationaux/cannalex/

[2] Professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) et à l’Ecole d’économie de Paris.

[3] https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/epfxpkvc.pdf

 

Télécharger le dossier Décryptages N°29 - Le coût des drogues pour la société : Quel intérêt pour la politique publique?

 

 

 

 

 

Cliquer sur l'image pour visionner la vidéo

Mildeca

Le Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017 arrivant à son terme, la MILDECA a ouvert une concertation pour l'élaboration d'un nouveau plan de mobilisation contre les addictions. Celui-ci devrait être présenté en mars 2018.

 

L'ANPAA, en tant qu'acteur majeur du secteur français de l'addictologie et première association gestionnaire d’établissements de soins en ambulatoire, a naturellement participé à cette consultation

 

Lire la suite...